E-commerce au Maroc : croissance de 180 % en 2010 !

Publié le par e-commerce

Une tendance irréversible. Le commerce électronique semble atteindre une vitesse de croisière au Maroc. Pour preuve, et selon les derniers chiffres publiés par le Centre Monétique Interbancaire (CMI), le montant total des paiements effectués sur internet par carte bancaire auprès des sites marchands a atteint presque 53 millions de DH au premier trimestre de l’année 2010. Autrement dit, le e-commerce au Royaume a enregistré une progression de 25% par rapport au 4ème trimestre 2009 et environ la moitié du montant réalisé en 2009 (107 millions de DH).

Le déclic de cette dynamique du marché est double. D’abord, le déblocage de la possibilité de payer par des cartes locales sur internet par les banques marocaines à l’initiative conjointe du CMI et Maroc Telecommerce, et ce, depuis 2008. Ensuite, la multiplication des sites marchands qui offrent des services en ligne destinés aux 11 millions d’internautes marocains. La conséquence de ce changement d’accès au paiement en ligne et la multiplication de l’offre, est la croissance du panier moyen des achats en ligne pour s’établir autour de 1000 dh.

Concrètement, un internaute peut aujourd’hui acheter grâce à sa carte bancaire sur internet un billet d’avion, un séjour touristique ou louer une voiture. Aussi, le paiement de certaines factures est dorénavant du domaine du possible (eau & électricité, téléphonie..). L’administration n’est pas en reste. Pour la première fois, une administration, en l’occurrence la Trésorerie Générale du Royaume (TGR) propose aux contribuables de régler leurs taxes en ligne.

Si actuellement, le nombre des sites marchands référencés par la plate-forme de paiement en ligne Maroc Telecommerce est de l’ordre de 100 sites marchands, il n’en demeure pas moins que ce nombre va doubler d’ici la fin de l’année. Plus intéressant encore, les professionnels tablent sur chiffre d’affaires e-commerce de 300 millions de DH, soit un taux de croissance de 180 % du chiffre d’affaires par rapport à 2009.

Aujourd’hui, et sur la base de ces différents indicateurs en croissance exponentielle, le vrai défit pour le commerce électronique est plutôt le nombre limité des services en ligne. Certes, la réticence vis-à-vis des risques de fraudes suite à l’usage de la carte bancaire sur internet persiste auprès d’une frange des internautes. Mais, actuellement, la vraie résistance provient des entreprises et des organismes publics qui tardent à déployer des sites marchands et des services de proximité au profit des 1,2 millions abonnés internet et les cinq millions porteurs de cartes bancaires au Maroc.

A rappeler que dans le cadre la stratégie sectorielle pour la promotion des TIC au Maroc, le gouvernement a procédé récemment au renforcement du dispositif juridique dédié à la protection des données privées à travers la promulgation de la loi 09-08 relative à la protection des personnes physiques à l’égard des traitements des données à caractère personnel. Ce texte protège les internautes contre les abus d’utilisation des données, y compris par les sites marchands, de nature à porter atteinte à leurs vies privées.

 

Par: Rachid Jankari

 

source : http://zawaya.magharebia.com

Publié dans e-commerce Maroc

Commenter cet article

fadile mehdi 04/11/2011 10:54


Intéressant mais pas suffisant si l'on sache que, plus de 90% du trafic est effectué par une minorité d'internautes ayant un accès internet. Il est a signalé aussi que, la culture d'achat sur
internet n'est pas encore une habitude chez les marocains, d'autant plus que le niveau des analphabètes avoisine les 45% à 48%.

www.maroc-commerce-electronique.blogspot.com


e-commerce 13/11/2011 20:26



Bonjour,


Oui, c'est vrai que l'accès à l'internet n'est pas banalisé au Maroc, mais avec le temps de nouveaux opérateurs se crèent qui engage une concurrence farouche et par la suite des baisses des prix.
En fait le prix n'est qu'un élément parmis d'autre qui est considéré comme une barrière parmis d'autres. Mais malgrès cela les prix sont trop élevé au Maroc concernant l'internet et le téléphone.


Houda Nassaih.