Propriété intellectuelle sur le web Marocain !

Publié le par e-commerce


Tout le monde au Maroc connaît les DVD piratés en provenance de Derb Ghallef. Pour 7 à 10 dh, on peut se procurer les derniers films sortis en salle. Difficile cependant, de mon point de vu, de condamner en bloc cette pratique. La copie pirate de DVD et de CD présente de nombreux aspects positifs en terme de « développement » :

  • Cela permet au plus grand nombre de pouvoir accéder à la culture, ce qui serait impossible si le DVD était vendu au même prix qu’en France (180 dh en moyenne).
  • Cela permet de développer toute une économie parallèle qui fait vivre nombre de personnes : des milliers de vendeurs de DVD auxquels il faut ajouter toute une logistique dans les souks.

Le manque à gagner les multinationales étrangère est certes important, mais très probablement négligeable en regard du chiffre d’affaire réalisé dans les pays qui font respecter le droit relatif à la protection intellectuelle. Tant que les copies pirates restent sur le territoire marocain, il est probable que cette situation durera : le coût de poursuite des contrevenants étant supérieur au chiffre d’affaire potentiel.

 Un aspect négatif cependant est à souligner : les créateurs marocains sont fortement pénalisés (relire à ce sujet l’interview de Hicham Lasri présentant le projet de la Film Industry). Même dans le cas d’une relative auto-modération de la part des pirates vis a vis des contenus marocain, il est difficile de faire percevoir aux consommateurs le juste prix d’une création locale. Entre un DVD « MADE IN MAROC » vendu 35 dh et une superproduction américaine à 10 dh le choix est vite fait.

Le web « marocain » fonctionne malheureusement en partie sur ce modèle. Prenons l’exemple de Yabiladi.com (je pourrais citer bladi.net, et pas mal d’autres …). Sur la page du jour, l’article intitulé « Le paiement électronique se met en place au Maroc » a été recopié intégralement du site de l’économiste. Pas de lien qui pointe sur le site ou la copie a été réalisée sans autorisation, si ce n’est un vague « source l’économiste » placé en fin d’article. Ce sont ainsi des milliers de contenus qui sont recopiés en toute illégalité. On remarquera cependant que le site en question essaie de produire du contenu original (voir cet article de Rachid Hallaouy). On notera cependant l’hypocrite « Copyright Yabiladi.com » placé en signature : le site entend faire respecter le droit de son rédacteur tout en pillant sans état d’âme le travail des autres journalistes (*).

Cette pratique est triplement condamnable. En détournant du contenu, le site Yabiladi.com encaisse des recettes publicitaires au détriment principalement des sites d’information marocains, propriétaires du contenu. D’autre part, du point de vu déontologique, si les DVD de Derb Ghallef font vivre une communeauté, la copie sur le web ne vise qu’a enrichir le propriétaire du site. Point ! Enfin, le préjudice de ce type de pratiques, contrairement aux DVD, n’est pas cantonné au Maroc. Les producteurs de contenus à l’étranger réagiront un jour ou l’autre.

Comme pour le cinéma, cette généralisation de la copie pénalise les auteurs locaux et retarde le développement de la création de contenu orignal made in Maroc. Cependant cette situation ne va probablement pas durer. Google commence à faire le ménage. Il y a quelques jours, le site bonweb en France (comme beaucoup d’autres dans le monde) a été déréférencé. Du jour au lendemain il a disparu de l’index google et perdu la majeure partie de ses visiteurs (et de ses revenus publicitaires). Google finira par faire aussi le ménage au Maroc. Yabiladi, pour reprendre son exemple, possède 200 000 pages indexées dans le cache google ce qui lui apporte un nombre de visite important, qu’il monétise sous forme de publicité (Google). Google a donc toutes les informations pour agir. Ce n’est qu’une question de temps.

Enfin et surtout, contrairement à ce que l’on pourrait croire, il y a bien un droit marocain relatif à la propriété intellectuelle. De quoi encourager les journeaux marocains (et étrangers) à consulter leurs avocats …

MAJ : Voir l’article de Marie-Aude qui détaille les droits d’auteurs sur internet.
________________
(*) Le plus drôle c’est que les copieurs sont à leur tour copié. J’ai trouvé ce site, intitulé « Bladi’s blog », qui recopie les même articles et ne prend même pas la peine de citer la source.

 

 

source : www.casawaves.com

Publié dans droit du e-commerce

Commenter cet article